Numérique et enjeux de société par Gilles Babinet

November 25th, 2018

AI Super Powers – China, Silicon Valley and the new world order

C'est Passionnant

download

 S’il n’y avait qu’un seul livre à lire cette année dans le domaine des technologies, ça pourrait bien être celui-ci ; et donc quel dommage que cet ouvrage n’ait pas de traduction française ! Pour nombre de nos élites notamment et plus particulièrement celles qui ne parlent pas anglais, il aurait eu un effet salvateur tant il détaille avec une grande pédagogie les enjeux technologiques, économiques, sociaux, métaphysiques, géostratégiques… qu’impliquent la montée en puissance de cette discipline ; et le terme de montée en puissance semble presque faible tant il s’agit d’un bouleversement à venir.

Kai Fu Lee n’est pas le premier venu : il a successivement été au comité executif de Apple, SGI et Google avant de monter un fond d’investissement de 1,6 milliards de dollars dédié à l’AI, basé à Pekin. Plusieurs de ses travaux sont encore aujourd’hui considérés comme essentiels au développement actuel de l’intelligence artificielle. C’est pourquoi sa thèse principale – la Chine va prendre un leadership fort sur presque toutes les disciplines de l’AI- est à prendre avec sérieux, d’autant qu’elle est particulièrement bien argumentée.

L’auteur fait un magistral survol du développement de l’AI, de ses sous-disciplines et des chances de succès de la Chine et des USA sur chaque thème. On sent, au delà de sa maitrise technologique du sujet, qu’il a longuement réfléchit et débattu à l’égard de chacun des enjeux évoqués. Il est cruel de constater que l’Europe n’est presque jamais citée tant son retard semble acquis à ses yeux.

A bien des égards il s’agit là plus d’un traité de stratégie d’émergence digitale que d’un simple livre sur l’AI. On en vient presque à regretter que ce livre ne fut pas sorti un peu plus tôt, afin que ses meilleures idées aient pu être intégrées dans le plan IA du gouvernement / Cédric Villani. L’auteur insiste en particulier sur les bouleversements productifs à court terme qui devraient toucher presque tous les secteurs et qui -comme je l’évoque d’ailleurs largement dans mon dernier livre- vont aboutir à l’émergence de modèles d’affaires radicalement nouveaux dans bien des domaines.

La seconde partie de l’ouvrage est aussi passionnante pour ses réflexions de fonds sur le devenir de nos sociétés à l’aune de l’IA. En prenant l’exemple de ce qui se passe dès à présent en Chine, Lee extrapole et nous pousse à réfléchir sur la façon dont nous pourrions à notre tour réguler les algorithmes et leurs conséquences.

En passant, l’idée de singularité de l’AI, chère à beaucoup, semble totalement hors de portée : Lee ne voit aucune possibilité à court ou moyen terme pour que les machines développent une intelligence émotionnelle qui ressemble de près ou de loin à celle d’un humain. Ainsi les idées de Kursweil et de nombreux autres en prennent largement pour leur grade.

Ce livre comprend également une analyse très solide de la transition productive vers l’AI et son impact sur le travail et la distribution de richesse. C’est d’ailleurs à ce sujet que l’ouvrage est sans doute le plus développé. Lee semble avoir passé une énergie importante à confronter les scénarios les plus en vogue et il n’est pas toujours rassurant, même s’il ébauche des solutions, qui a beaucoup pourraient sembler utopiques.

En conclusion, on recommandera largement ce livre, probablement l’un des meilleures de sa catégorie. S’il est écrit quelque peu dans l’esprit de l’arche d’un film populaire américain, incluant un happy ending, il n’en reste pas moins profond et ses derniers chapitres, sur la place de l’homme au sein d’une société technologique, sont particulièrement inspirés. Ils m’ont d’autant plus interpellé que j’ai souvent eu ce type d’interrogations vis à vis de sociétés qui, par la nature même de leurs essences technologiques, semblent irrémédiablement déhumanisantes. Or Kai Fu Lee, tout technologue qu’il soit, n’en a pas moins remarquablement bien cerné les principaux facteurs en jeu : l’utilitarisme social, la mécanisation de la psyché, etc

Il termine son ouvrage en faisant deux curieux hommages : l’un à la nature insaisissable de amour humain, qu’il estime être la seule force si singulière qu’elle échapperait toujours aux machines, et l’autre à un modele d’économie régulée -le mot de communisme ne sera pas prononcé– qu’il estime comme seul capable de maîtriser les immenses distorsions sociales que l’intelligence artificielle va immanquablement générer.

Nov 2018

Recent Articles

 
January 5th, 2018 L’intelligence artificielle – en marche vers la conscience? L’un des débats que l’on retrouve avec le plus de constance aussi bien dans la presse populaire que dans les publications scientifiques...
 
October 31st, 2017 Le 16 novembre 2017, conférence au Smart City Expo à Barcelone ...
 
October 31st, 2017 Le 7 novembre 2017, table ronde sur la transparence et la bonne gouverna... ...
 
April 10th, 2017 Le 16 Mai 2017, intervention au Carrefour Digital & Entreprise au P... http://www.cercledelexcellencerh.com/fr/mpg5-830890–Le-Carrefour-Digital—Entreprise.html...

Copyright © 2013-2016 laitao SARL.

This is the work of dooInteractive.

Accéder au site de CAPTAIN DASH

Follow me on Twitter

@babgi