Numérique et enjeux de société par Gilles Babinet

June 8th, 2014

Changer d’Ere, les notes de mon intervention

Article, Non classé

 Notes ayant structurés mon intervention lors de la conférence Changer d’Ere à la cité des Sciences, le 6 juin 2014. 

Est ce que la propriété sera toujours une valeur cardinale de la société de demain ? Est ce que posséder une voiture, un appartement fera t’il toujours du sens ?

Est-ce que l’espace géographique sera t’il toujours la base sur laquelle s’applique le droit ?

Est ce que les lieux du savoir vont ils se perpétuer à une heure où un paysan guatémaltéque peut accéder aux même cours sur la physique quantique qu’un jeune homme de la bonne famille de Boston ?

Est ce que les hiérarchies sociales ne sont pas à remettre en cause à l’heure ou la masse n’est elle pas capable de déplier des protéines mieux que des experts ? Ou l’intelligence des foules défie les systèmes institutionelles dans des nombreux pays ?

En réalité, l’avènement de l’ère numérique nous pousse à définir plus précipitamment que prévu ce que doit être le progrès humain.

Est ce une entropie consumériste, orienté vers la satisfaction de pulsions que l’on appelle la consommation, les loisirs, l’oisiveté ou est-ce autre chose ?

 

Tout mon propos concerne la nécessité de choisir. 

Car l’entropie Occidentale, consumériste, -qui me semble essayer d’imposer une vision transhumaniste- porte un risque de formatage de l’humanité réel. Les machines s‘y chargeraient de traiter nos pulsions et d’y répondre au mieux.

Il y a dans ce projet un risque de rectification morale qui est une question que se posent déjà les chercheurs en neuro-computing. Doit on corriger les asperités cérébrales ? Il y a certes des opportunités à cela mais aussi  risque que quiconque étant potentiellement déviant soit ré-éduqué par la machine pour s’inscrire dans ce projet.

Stephen Hawking (scientifique anglais) à raison de nous interpeler sur les dangers de ce qu’il appelle l’intelligence artificielle.

Je n’ai aucun doute du fait que bientôt on démontera que les expériences de learning machine associé à des dispositifs neuro cognitifs feront qu’il sera possible de conditionner la psyché de façon radicale. Avec le Risque de faire de nous des cohortes de moutons.

Pourtant, et je sais que mes propos pourraient gêner certains mais finalement, que pouvons nous prétendre savoir de l’évolution intime de l’humanité ? Que savons nous réellement du bonheur ? Au delà de la croissance de l’espérance de vie, du bien être -ou plutôt bien consommer- matériel, de la liberté d’expression -dans le cadre du champs dialectique connu ? Que savons nous de l’évolution de la psyché collective ? Est-ce qu’on a la démonstration que le projet humain s’est élevé en qualité, au delà des aspects quantitatifs, évident et tangibles ?

J’ai longtemps tenu Kurtzweil pour un illuminé- mais ce que j’observe à l’égard de la big data, en médecine ou en science, me pousse à penser qu’il à raison. Les machines seront bientôt en passe d’être meilleures que nous pour faire la cuisine, produire des richesses, nous transporter, nous défendre, peut être faire l’amour, pourquoi pas nous tenir compagnie. Finalement, en ce qui concerne l’une des grandes valeurs morales de humanité contemporaine -l’utilité sociale- il nous faut peu à peu admettre que les machines ont déjà commencé à nous supplanter. Ce sentiment « d’inutilité » qui frappe déjà beaucoup d’entre nous, pourrait s’étendre largement. Les « bons travailleur”, ceux que l’on admire seraient amenés à  disparaître peu à peu.

 

L’un des premiers débats concerne la répartition de la richesse.

Celle-ci a tendance à se concentrer à une vitesse stupéfiante. Ce n’est pas la globalisation qui permet cela ; c’est bien le numérique ; Car c’est le numérique, qui a permis la grobalisation, en grobalisant les marchés de tous types, à commencer par les marchés financiers. C’est le numérique qui également accroit massivement les gains de productivité.

Nos critiques à l’égard de Kurzveil ou de la logique libertarienne et utilitariste en vogue outre atlantique n’auront de pertinence que si nous parvenons à être capables de leur opposer un modèle qui ne soit pas, d’une façon ou d’une autre, un refus manichéen de la modernité.

Et bien voilà le moment venu. Car ce n’est pas tant l’efficacité des plateformes de ces acteurs qui doit nous interpeler. Cette efficacité reflète surtout l’audace entrepreneuriale d’ américains qui ont su, avant les autres, s’emparer de ces nouvelles technologies.

Non, c’est cette affirmation en apparence imparable que l’efficacité du marche, démontre par leurs plateformes, s’appliquerait bientôt à l’humain qui est à contrer. Il ne se passe un mois sans que je ne lise une affirmation à l’égard de la certitude que l’humanité doit devenir transhumaniste, qu’il s’agit de la finalité logique d’une société qui privilégié l’efficacité, parce que cette idée ne peut être négociée.

Nous vivons en réalité un instant unique, et fragile ; un changement d’Ere.  et à ce titre c’est maintenant qu’il faut nous interroger sur notre devenir, sur ce se nous voulons collectivement.

– Est ce que la propriété intellectuelle, qui a été conçu au 18eme siècle pour favoriser l’abondement des capitaux vers l’innovation, est toujours une nécessité ?

– Est-ce que l’éducation ne doit pas être repensée dans un esprit d’ouverture –apprendre à apprendre- et non plus entasser des savoirs ?

– Est ce que le Capitalisme, à une ère de concentration des capitaux accélérée, restera une norme dans quelques décennies?

En tant qu’humanité, il va nous falloir choisir et agir. Nous allons devoir dépasser les lignes maginots de la pensée. Celles qui sont en apparence indescructibles, mais souvent, qui ne sont que du vent ; des concepts que l’on contourne.

La réalité donc c’est qu’il nous appartient de définir qui de l’homme ou de la machine est transcendant -Joel dirait évanescent- qui …

Je me refuse de croire que le monde est incrémental. L’histoire humaine n’est qu’une succession de rupture, d’imprévus. En Science, tout ce que nous savions il n’y a que 20 ans est à présent bouleversé.

Joel de Rosnay, qui fut chercheur à l’Inserm, le sait mieux que quiconque.

Il va aussi nous falloir dépasser la perception de l’utilitarisme comme valeur sociale essentielle, principalement véhiculée par la pensée libertarienne. Il va nous falloir abandonner la pensée réductionniste aux machines.

Il nous faudra choisir entre le projet transhumaniste qui laisse la machine nous dépasser et celui lui donnera la prééminence sur l’humain.

Et finalement, je crois que les machines ne seront toujours que des machines parce qu’elles ne sont pas généreuses, parce qu’elles ne sont pas émus, parce qu’elles n’ont entre autre chose aucune capacité de réelle compassion.

Je crois cependant que les machines peuvent nous permettre de mieux nous connaître, d’approfondir la connaissance intime que l’humanité. Je crois que nous n’avons rien à craindre de celles-ci si nous les laissons à leur place.

Comme dans toute période de changement majeur, il y a des conservateurs et des pionniers. Il y a de la joie et de la peur.

Et depuis des siècles, nous avons cette remarquable affirmation de Rabelais

” Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

Au sein d’une ère où l’on nous rappelle sans cesse que la science va démonter et démontrer l’inexistence de l’ame, il faut rappeler que cette affirmation n’est porté par rien d’autre qu’une vision utilitariste.

il nous appartient donc de construire la société de la Connaissance, et aussi celle de la Conscience.

Je rève d’une société qui réunifirait la conscience avec la connaissance,

et c’est à nous de la faire.

Panchos Villas  a un jour dit que 100 hommes décidés font une révolution ; nous pouvons donc la faire.

 

La France, ce pays qui a été à la source de tant de grandes idées, doit se saisir du paradigme numérique.

Recent Articles

 
January 5th, 2018 L’intelligence artificielle – en marche vers la conscience? L’un des débats que l’on retrouve avec le plus de constance aussi bien dans la presse populaire que dans les publications scientifiques...
 
October 31st, 2017 Le 16 novembre 2017, conférence au Smart City Expo à Barcelone ...
 
October 31st, 2017 Le 7 novembre 2017, table ronde sur la transparence et la bonne gouverna... ...
 
April 10th, 2017 Le 16 Mai 2017, intervention au Carrefour Digital & Entreprise au P... http://www.cercledelexcellencerh.com/fr/mpg5-830890–Le-Carrefour-Digital—Entreprise.html...

Copyright © 2013-2016 laitao SARL.

This is the work of dooInteractive.

Accéder au site de CAPTAIN DASH

Follow me on Twitter

@babgi