Numérique et enjeux de société par Gilles Babinet

May 8th, 2013

DailyMotion… le syndrome du coq français?

Article

imageOn a tellement entendu d’idées un peu farfelues dans le cadre du rachat raté de DailyMotion par Yahoo! que les fantasmes, véhiculés par quelques affaires malheureuses semblent avoir pris le pas sur les faits.
Beaucoup d’entre nous ont par exemple à l’esprit le rachats de Arcelor par Mittal, et le piètre développement industriel qui s’en est ensuivit. N’est-ce pas d’ailleurs le ministre Arnaud Montebourg qui s’est le plus ému du fait que l’outil industriel de feu Arcelor n’était plus utilisé à plein, et en particulier l’usine de Florange?

Les comparaisons s’arrêtent pourtant là. Car dans le cas de Mittal, on est face à un acteur qui dispose de capacités de production à un niveau global et dont les unités françaises sont plutôt plus couteuses que celles situées dans les pays environnants. Il y a donc une tentation très forte de dégraisser l’effectif tout en continuant à servir les clients français avec des produits importés, ce dont d’ailleurs Mittal ne se cache pas de faire.

Dans le domaine du numérique, c’est plutôt le contraire. Les coûts de production -si l’on peut parler ainsi- sont très largement en dessous des coûts constatés dans les pays acquéreurs, à commencer par les USA. Un directeur technique de bon niveau coûtera entre 300 et 400,000 $ par an en Californie, charges sociales incluses, contre 100 à 150,000 euros en France ; et la tendance est plutôt à l’augmentation dans le cas US. De surcroît, les compétences françaises sont très appréciées, particulièrement dans le domaine de l’ingénierie, de l’algorithmie, de la gestion des contenus culturels, pour ne citer que ces domaines.

il serait donc irrationnel de la part d’un acquéreur -à fortiori américain- de rapatrier dans son pays des compétences non seulement compétitives mais de surcroît souvent irremplaçables. Et même si l’équation économique n’était pas en faveur de la France, le risque inhérent à une délocalisation serait considérable, tant le bon fonctionnement d’une entreprise dans le domaine des technologies de l’information est souvent la conséquence d’une organisation très originale, mettant en oeuvre des compétences extrèmement rares, et donc difficiles à répliquer.

A ma connaissance, les cas où l’acquéreur à sciemment voulu délocaliser des compétences hors de France -dans le cas de société technologiques- sont pour ainsi dire tellement marginaux qu’ils ne représentent pas une raison valable de s’opposer à des acquisitions. Certes, les rachats ne se soldent pas tous par des succès, et beaucoup plus nombreux sont les cas où l’acquéreur n’a pas su intégrer convenablement sa nouvelle filiale.

J’ai moi même vécu une expérience de ce type. Musiwave, la société que j’avais fondée en 2000 a été vendu en 2006 à Openwave, un acteur américain. A aucun moment, il n’a été question d’une quelconque délocalisation, bien au contraire. En revanche, l’intégration a été tellement catastrophique qu’Openwave a finalement jeté l’éponge (il est vrai que cette société avait connu des contre performances boursières assez violentes) et revendu Musiwave moins d’un an plus tard à Microsoft, qui la possède toujours.

Microsoft aurait très bien pu délocaliser Musiwave à Redmond, comme ils le font systèmatiquement lorsqu’ils acquièrent une société américaine. Pourtant, dans ce cas, la société a été transféré… à l’extérieur du périphérique, dans le siège européen de Microsoft.

L’équipe de Musiwave administre maintenant l’ensemble de l’offre musicale de Microsoft, depuis la France. Lorsque nous avions vendu la société, l’effectif était d’environ 200 personnes, dont une centaine en France ; j’ignore combien sont maintenant les anciens musiwavers, mais j’ai de bonne raisons de penser qu’ils sont plus nombreux que lorsque Microsoft a racheté la société. Je croise régulièrement quelques uns de ces anciens lorsque je vais faire une réunion chez Microsoft ; ils n’ont pas l’air malheureux. Il y a quelques temps, j’avais eu l’occasion d’échanger avec Chris Capossela, le directeur marketing monde de Microsoft. Il avait souligné combien Musiwave était devenu un élément stratégique pour leur permettre de percer dans les contenus ; il m’a dit que lorsqu’ils ont constaté que l’expertise d’une petite société française était au meilleur niveau, ils n’ont pas hésité à localiser en France une grande partie de leurs compétences dans les contenus.

C’est de mon point de vue, ce à quoi il est important d’aboutir. Pour l’instant, dans la phase d’émergence, l’origine des capitaux est à mon avis moins importante que l’expertise. Etre capable d’atteindre la taille critique en matière d’expertise dans plusieurs domaines du numérique est sans doute le moyen d’avoir une certaine souveraineté à terme. Songeons-y : demain les salariés de Musiwave ou de tout autre société des TIC vont aussi monter leurs entreprises. Si nous avons réussi à créer un écosystème de compétences dans le domaine dont ils proviennent, ils les localiseront également en France. Si la société fonctionne bien, ils gagneront un peu d’argent, qu’ils auront toutes les raisons de réinvestir dans l’écosystème qu’ils connaissent… la boucle est bouclée.

Dans le cas de DailyMotion, il convient de rajouter une dernière chose : cette société a fait un parcours extraordinaire, réussissant à se placer à environ 1/5 du trafic total de Youtube, qui est pourtant profondément intégré dans le premier moteur de recherche de la planète. Même si la Daily va vraisemblablement continuer à progresser si elle trouve les fonds propres (50 millions quand même) qu’elle cherche, elle ne sera durablement en sécurité que si elle parvient à faire de l’ombre à YouTube. Or, multiplier par cinq son trafic lui sera impossible sans s’allier avec les plus directs concurrents de Google dans le web, à savoir Yahoo, ou… Microsoft.

Recent Articles

 
January 5th, 2018 L’intelligence artificielle – en marche vers la conscience? L’un des débats que l’on retrouve avec le plus de constance aussi bien dans la presse populaire que dans les publications scientifiques...
 
October 31st, 2017 Le 16 novembre 2017, conférence au Smart City Expo à Barcelone ...
 
October 31st, 2017 Le 7 novembre 2017, table ronde sur la transparence et la bonne gouverna... ...
 
April 10th, 2017 Le 16 Mai 2017, intervention au Carrefour Digital & Entreprise au P... http://www.cercledelexcellencerh.com/fr/mpg5-830890–Le-Carrefour-Digital—Entreprise.html...

Copyright © 2013-2016 laitao SARL.

This is the work of dooInteractive.

Accéder au site de CAPTAIN DASH

Follow me on Twitter

@babgi