Numérique et enjeux de société par Gilles Babinet

November 25th, 2013

Digital Champion : qu’est ce qui se passe à l’Europe.

Digital Champion

Une fois par trimestre environ, il y a un Digital Champion Meeting. En gros une réunion à Bruxelles où chacun des digital champions évoque ce qui se passe dans son pays et ce qui lui semble pertinent de développer comme approche systémique, à un niveau européen. C’était le cas lundi 25 novembre : une réunion plénière de digital Champion se tenait à Bruxelles. Je profite de quelques instants de répit dans le Thalys pour tenter de résumer ce qui semble mystérieux à beaucoup d’entre vous et expliquer ce dont il en retourne. 

Il y a maintenant 25 digital champions : nos profils sont assez variés, certains sont des anciens ministres ou hauts fonctionnaires, d’autres sont des entrepreneurs, patrons de fonds d’investissement, etc. Tous sont passionnés par le digital. Il me semble que tous ont également une bonne perception de ce que devrait être le digital et développent une pensée moderne et adéquate. Ca n’était pas gagné, lorsque je vois les perceptions que peuvent avoir certains acteurs institutionnels de la scène française par exemple.   Comme nous sommes 25, cela prend désormais un peu de temps de faire un tour de table (un certain nombre n’ont pu venir cependant), mais en conséquence, cela donne un panorama assez précis de ce qui se passe en Europe. Il est ainsi étonnant de constater que des petits pays, comme le Portugal, disposent de politiques numériques, dans le domaine de la santé par exemple, qui sont remarquablement efficaces. Les Italiens ont ainsi un programme très avancé d’Identité Electronique (entre autres choses), qui sera implanté dès juin 2014.  L’idée pour eux étant de simplifier drastiquement l’efficacité des services publics. D’une façon générale, on est surpris de constater que ce ne sont pas les pays que l’on montre généralement du doigt qui sont à la traine, bien au contraire. Sans doute parce que ceux-ci sont conscients que les vieilles recettes ne marchent plus, font-il plus d’effort que les autres dans la mise en place de mesures digitales vraiment performantes et rupturistes. De même, il faut prendre acte du fait que les petits pays sont plus dynamiques pour pousser de petites initiatives à court rayon de réaction. Tout cela étant d’ailleurs de nature à relativiser les efforts que l’on observe dans son propre pays ; je ne dis pas que nous ne faisons rien, loin de là, mais nous ne sommes pas les seuls.

En très grande majorité, l’ensemble des initiatives prises par les Champions vont dans le sens du digital agenda de la Commission. Les préoccupations les plus courantes concernent l’éducation, l’intégration des populations qui sont généralement en dehors du monde digital (personnes agées, minorités, etc.), le financement de l’innovation, la réforme de l’Etat par le numérique, etc. Du coté des représentants des institutions européennes, il y a une claire volonté d’être plus concret et de trouver des formules d’interventions qui soient concrètement visibles pour les citoyens européens.

La façon dont les champions interviennent est très variable. Certains ont un très bon accès à leur ministère de référence, d’autres semblent être en conflit ouvert avec eux ou avec leurs administrations, souvent pour pour avoir critiqué certaines initiatives ou projets d’initiatives. Certains travaillent directement sur les initiatives qu’ils évoquent, d’autres ne font que rapporter ce qui se passe dans leur pays. Ce qui est intéressant c’est qu’un grand nombre d’entre eux/nous ont une relation à minima critique-constructive avec leurs gouvernements de référence. Le fait que nous ayons un “benchmark” très efficace sur ce qui se passe ailleurs permet de faire des observations parfois grinçantes tant elles sont factuelles sur l’efficacité de certains programmes.

La relation entre les champions est, quant à elle, basée sur des affinités personnelles. En ce qui me concerne, j’ai -assez logiquement- un affect plus particulier avec ceux qui ont une expérience entrepreneuriale : Le réalisateur David Puttman (Irlande), le sérial entrepreneur Alec Sepies (Slovanie), la jeune mais efficace entrepreneuse Linda Liukas (Finlande) pour ne citer qu’eux. J’ai toutefois également d’excellentes relations avec d’autres, qui ne sont pas des entrepreneurs, comme les champions  bulgare Gergana Passi -ancienne ministre en charge des technologies de l’information- ou le Roumain Paul-André Baran  – un américano-Roumain qui travaille pour la fondation Bill & Melinda Gates- sans parler de nombreux autres.

Mais ce qui est sans doute le plus intéressant c’est de prendre connaissance de ce qui se passe au sein des programmes européens et des travaux de recherche. Contrairement à une perception répandue, il y a une nette accélération des programmes numériques au sein de l’Europe. Ceux-ci représenteraient 4,4% de toute l’argent dépensé par l’EU dans ses différents programmes… Sans même parler de sujets comme le Human Brain Project, mobilisant 1 milliard d’euros pour essayer de simuler le fonctionnement du cerveau de façon numérique. Ce programme a été décroché de haute lutte et est l’aboutissement de 8 ans de travail d’instruction par de nombreux labos et startups et, pour ce que j’en ai compris, pourrait réellement donner une avance notable à l’Europe sur ce sujet. En ce qui concerne les travaux de recherche économétrique et sociale, un certain nombre d’études sont initiées à partir de commandes européennes, généralement réalisées en partenariat avec des universités. Elles visent à mesurer l’impact du numérique au sens large. J’étais particulièrement attentif à la publication d’une étude qui visait à comparer les écosystèmes de startups pays par pays, qui semblait placer Paris devant Londres ;-). Je viens d’apprendre que ces travaux ne seront pas publiés car la méthodologie doit être incontestable pour en permettre la publication ; or il est extrêmement difficile de qualifier ce qu’est une startup : certains diront qu’un café connecté au web peut se qualifier en tant que tel, d’autres non… Et on peut s’attendre à ce que certains pays réagissent avec une certaine virulence si l’on venait à s’apercevoir que leur domination apparente est en fait remise en cause !  j’ai appris toutefois que, selon l’EU, il y aurait environ 53,000 startups en Europe ce qui, on en conviendra, est considérable. D’une façon générale, les liens qui conduisent à l’ensemble de ces travaux ainsi qu’aux initiatives de l’union dans le domaine numérique peuvent être trouvés ici. Et pour parler franc, ce site est d’une telle richesse en ressources qu’il est étonnant qu’il n’ait pas une popularité beaucoup plus importante.

Pour finir, rendons justice aux fonctionnaires européens : on leur reproche souvent d’être hors-sol, déconnectés du terrain et trop académiques : ils s’en font le reproche eux-même, mais me semblent pour ma part plutôt pragmatiques et au fait des enjeux modernes. Recrutés sur concours pour des durées limitées, ceux-ci sont évidemment polyglottes, connectés et ouverts sur le monde. On ne parle jamais lors de ces réunions de mettre en place des firewalls pour isoler l’Europe ou de créer un Airbus numérique ex-nihilo, ce qui peut s’entendre ailleurs. En revanche, on peut avoir des conversations assez poussées sur la façon dont les normalisations de type HTML riche sont coordonnées ou sur les sujets de démocratie 2.0.

En une journée, il est difficile de résumer des mois de travaux de chacun d’entre nous ainsi que des travaux de la Commission. Ce qui fait que nous repartons généralement avec de grandes quantités de liens à explorer. Ce que ceux qui ne sont pas dédiés par leurs administrations ou par une grande entreprise tachent de faire lorsqu’ils sont de retour chez eux, à coté de leur vrai travail…

G.

Recent Articles

 
October 31st, 2017 Le 16 novembre 2017, conférence au Smart City Expo à Barcelone ...
 
October 31st, 2017 Le 7 novembre 2017, table ronde sur la transparence et la bonne gouverna... ...
 
April 10th, 2017 Le 16 Mai 2017, intervention au Carrefour Digital & Entreprise au P... http://www.cercledelexcellencerh.com/fr/mpg5-830890–Le-Carrefour-Digital—Entreprise.html...
 
April 10th, 2017 Le 20 Avril 2017, conférence universitaire au Pôle Léonard de Vinci ... http://www.devinci.fr/evenements/transformation-digitale-lavenement-des-plateformes-par-gilles-babinet/...

Copyright © 2013-2016 laitao SARL.

This is the work of dooInteractive.

Accéder au site de CAPTAIN DASH

Follow me on Twitter

@babgi