Numérique et enjeux de société par Gilles Babinet

November 24th, 2016

Uberisation – Un Ennemi qui vous veut du bien?

C'est Passionnant

wdliwu-f-1c6g3duossohiyd2fw-z84tja41ecvzmwg4qyraxiq3hw-cover-large

L’ouvrage est tout sauf un panégyrique à l’endroit des startups appelées à “désintermédier” les acteurs traditionnels. Après un chapitre introductif qui résume plutôt efficacement l’affaire Uber, et sa relation compliquée avec le monde des taxis, l’auteur se lance dans une dissertation assez bien construite sur les caractéristiques de “l’Ubérisation”, appliquée aux entreprises et plus largement au monde qui vient. On est séduit la la retenue et la distanciation de Denis Jacquet par rapport à son sujet ; et ce n’est pas un mince compliment sachant le tropisme presque généralisé dont font généralement état les entrepreneurs en faveur des innovateurs. Il met par exemple en exergue les enjeux sociaux et énonce quelques propositions pour acccompagner cette transition.
Un bon ouvrage donc, largement accessible aux néophytes et qui pourrait bien trouver sa place sous le sapin du père noël par exemple.

One Response to “Uberisation – Un Ennemi qui vous veut du bien?”

  1. Geneviève Bouché

    Compte tenu de mon parcours, j’ai toujours été gênée par la forme de startuping qui, depuis les années 90, nous a été imposée. Le but était de nous pousser à développer des starups “high-tech” afin que les meilleures soient rachetées par ce que sont devenus les GAFA(M).

    Certes, cela nous a permis de rompre avec les blocages de l’entrepreneuriat, même s’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour obtenir un tissu entrepreneurial réellement “organique”, c’est à dire réactif.

    J’ai conscience de cette logique spoliante qui m’est apparu comme le prix à payer pour notre modernisation qui semble avoir du mal à se faire “de l’intérieur”.

    Uber, franchi une étape dans ce domaine, et c’est peut-être le coup de trop. En clair, il prélève 25 % de la course alors qu’il n’investit ni dans le capital productif, ni dans le capital humain. Les gains sont destinés à financer, certes son développement technologique (voitures sans chauffeurs) et son réseau de clients.

    Je doute qu’Uber soit généreux avec ceux qui lui auront servi de marche-pied.

    Je retiens cependant que les débats que nous avons à propos de l’entrepreneuriat sont vivifiants.

    Comme quoi, les changements qui doivent se faire finissent par se faire, mais rarement selon le scénario le plus logique en apparence ! C’est la futurologue qui le dit.

    Reply

Leave a Reply to Geneviève Bouché

  • (will not be published)

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Recent Articles

 
March 14th, 2019 A systemic revolution for work and companies – HDR Barcelon – 2018 Gilles BABINET: A systemic revolution for work and companies I will talk about new forms of management in the 21st century. It is interestin...
 
March 14th, 2019 “Il faut agir pour réguler les Gafa, sinon ça finira mal pour le... Le nouvel Obs – Février 2019  Les Etats nations, ceux qui régulent nos vies depuis le 17ème siècle, sont-ils solubles dans la...
 
January 5th, 2018 L’intelligence artificielle – en marche vers la conscience? L’un des débats que l’on retrouve avec le plus de constance aussi bien dans la presse populaire que dans les publications scientifiques...
 
October 31st, 2017 Le 16 novembre 2017, conférence au Smart City Expo à Barcelone ...

Copyright © 2013-2019 laitao SARL.

This is the work of dooInteractive.

Accéder au site de CAPTAIN DASH

Follow me on Twitter

@babgi